De l’obligation administrative à la relation émotionnelle

  • Désolé
  • On va vous appeler
  • Lu et approuvé
  • Remplissez ce questionnaire

Telle est la réponse des apprenantes d’un cours d’alphabétisation lorsqu’on leur demande quels sont les mots de la langue française qui les ont marquées. Des mots qui laissent transparaître la réalité administrative, lourde et froide, qui fût leur premier rapport avec notre société de l’écrit, pour elles qui n’ont pas été scolarisées. Puis il y eut les cours au Collectif Alpha, où la réussite se traduit par l’émancipation et non par les bonnes notes, où lecture rime avec émotions et non obligations… Il y eut un atelier bibliothèque dans lequel les procédures administratives laissent la place au partage et à l’échange, autour des livres et entourés de livres. Il y eut une relation dans la durée, basée sur la confiance.

Voici donc une 3e mise en bouche qui présente le 3e projet de notre publication à paraître prochainement, Pratiques d’alphabétisation en bibliothèque : la collaboration entre une formatrice du Collectif Alpha, France Fontaine, et d’une bibliothécaire de Saint-Gilles, Françoise Deppe, pour faire plonger le groupe d’apprenantes et d’apprenants dans la lecture au-delà de l’acte technique, à la rencontre des émotions.

Les 15 premières minutes de cette émission spéciale de « Quai des Belges » à l’occasion de la langue française en fête 2014 vous emmènent à la découverte d’une séance d’un atelier bibliothèque, suivie d’un entretien où France et Françoise expliquent à Hadja Lahbib les particularité de cet atelier destiné à des adultes pas ou peu scolarisés.

Interview dont on retrouve des extraits dans la publication Pratiques d’alphabétisation en bibliothèque :

France (formatrice) :  à travers la lecture, on fait des rencontres d’abord avec soi-même et aussi avec les autres [du groupe] ; pour que ça se passe avec les autres, il y a bien un climat de confiance qui doit s’instaurer, car les parcours sont différents, les histoires différentes et pas toujours simples. C’est quelque chose qui se construit ensemble et dans la durée.

Françoise (bibliothécaire) : On identifie très bien tous ensemble ce pourquoi on est là. Nous passons beaucoup de temps France et moi à rappeler cela : le cadre, et aussi les objectifs. Nous avons des objectifs et les personnes qui participent à cet atelier à la bibliothèque ont aussi des objectifs. Et en parler (…) c’est une façon de parler de soi mais de parler de soi en action. Et à partir de là, ben oui il y a de la psychologie…il y a surtout de l’écoute, énormément d’écoute, entre nous, dans le groupe… Et cette écoute fait que, oui, à un moment donné, je peux me tromper. Simplement parce qu’on est tous dans le même voyage… (…) le problème c’est la réappropriation de sa propre image, c’est voir un petit peu qu’est-ce qui se passe, est-ce que c’est moi ? Comment je me resitue ? Comment je revisite mon histoire ? Qu’est-ce qui s’y est passé ?

Et l’histoire des outils, et notamment du livre, permet cette espèce de distanciation. Quand on ne le présente pas comme un objet de lecture obligatoire, ou objet de compréhension en soi. C’est : « tiens, qu’est-ce que ça peut me raconter ? Qu’est-ce que ça raconte sur les autres ? Comment je peux m’en servir ? Qu’est-ce qui me plait ou me déplait ? »

Tout d’un coup, il y a une relation vivante aux bouquins, liée aux émotions. Comme on en a en tant que lecteur lettré !

Généralement, sauf pour des besoins purement utilitaires, la relation avec les livres qu’on aime ou qu’on n’aime pas est très forte. Elle est liée aux émotions. Et le fait d’être liée aux émotions, ça nous rend tous un peu pareils par rapport aux livres. Et ça c’est intéressant. Ça, c’est ce sur quoi on travaille dans l’atelier.

 

2 commentaires sur « De l’obligation administrative à la relation émotionnelle »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s